Art brut aux enchères, l’art populaire dans la cour des grands !

Par ses singularités, l'Art brut ne laisse personne indifférent. Dans le passé décrié, il est aujourd'hui un mouvement reconnu et apprécié par de nombreux amateurs et collectionneurs d'art. Parmi les grands courants modernes, l’Art brut ou "Outsider Art" bouscule et interroge les milieux artistiques. Comment mettre sur le même plan les œuvres de grands maîtres de l'Art moderne tels que Buffet, Monet, Matisse et les œuvres d’artistes souvent méconnus et "non-professionnels" tels que Dubuffet ou Augustin Lesage ? Faudrait-il donc considérer que l’Art brut est un art moins noble ou plus marginal que l’impressionnisme ou le cubisme ?

Force est pourtant de constater que les artistes du mouvement brut ont gagné le cœur des amateurs et collectionneurs, dont leurs œuvres rencontrent un vif succès lors des ventes aux enchères.

Décryptage de ce courant particulier : 

Origines de l’art brut

Issu du « folk art » (ou art populaire), qui naît en Europe courant du XVIIIème siècle et qui célèbre la culture et les traditions populaires (ou folklore), l’Art brut émerge en 1945 sous l’impulsion du peintre français Jean Dubuffet qui regroupe dans ce nouveau courant les œuvres d’artistes autodidactes exempts de culture artistique ou académique. Proche de l’Art naïf (dont Le Douanier Rousseau est un des plus célèbre représentant), Dubuffet revendique par l’Art brut une approche artistique pure et donc brute, puisque non soumise aux influences conscientes ou inconscientes des courants classiques reconnus ou des différentes écoles.

L’Art brut est alors déprécié et dévalorisé par le marché de l’art pour sa rudesse, la maladresse des artistes (aux traits souvent enfantin) et son absence de style clairement défini. Il sera ensuite encensé, notamment pour sa naïveté et la sincérité émanant de ses créations.

L’art des fous et marginaux 

Loin des milieux mondains et élitistes qui ont vu naître les grands maîtres, l’Art brut dénote, parfois choque et suscite la controverse. C’est en effet dans les galeries des mines de charbon ou les couloirs des hôpitaux psychiatriques qu’il va chercher ses plus grands représentants et son inspiration. C’est d’ailleurs dans ces lieux singuliers que Dubuffet rencontrera un grand nombre des artistes bruts tels que Marguerite Burnat Provins ou Adolf Wölfli qu’il mettra à l’honneur et qui rejoindront le musée « Collection de l’Art brut » de Lausanne, fondé par le peintre en 1975.

Souvent très prolifiques, les artistes du mouvement brut proposent dessins, peintures mais aussi des œuvres mixtes et sculptures en fer, bois, ou objets de récupération, comme les étonnantes sculptures de Nedjar ou Robillard.

L’Art brut aux enchères

Parmi les figures emblématiques de l’Art brut, Augustin Lesage, Madge Gill, mais aussi Gaston Chaissac, bien que Dubuffet lui-même admette que " Gaston Chaissac était trop informé du champ artistique et littéraire pour être classé comme un artiste « brut ». Les oeuvres de ses artistes suscitent aujourd'hui un réel engouement lors des ventes aux enchères et attirent de nombreux curieux, sensibles à cet art si singulier. Les œuvres originales et signées sont facilement estimées plusieurs dizaines de milliers d’euros pour les plus remarquables. Pour les artistes moins connus, il est par ailleurs possible d'acquérir des oeuvres de grande qualité à des prix très abordables. Vous pourrez par exemple trouver, dans nos ventes des dessins de Gaston Chaissac à moins de 1000€


Notre prochaine vente consacrée à l’Art brut, l'Art Naïf et l'Art moderne, se tiendra le 26 Novembre prochain, à l'Espace Tajan et sur Tajan Live. Consultez le catalogue de la vente ici.