Pierre-Adrien Dalpayrat (1844-1910), céramiste français, est considéré comme l’un des plus importants représentants du renouveau de la céramique européenne à la fin du XIXème siècle. Tombé dans l’oubli jusqu’aux années 60, l’œuvre art nouveau de Dalpayrat se compose de vases aux formes fluides ou au contraire très mouvementées, proche de la création de sculptures. Leurs sujets quant à eux peuvent être tendres comme des têtes d’enfants, sensuels avec des nus féminins puissants mais aussi beaucoup plus sombres, avec des têtes coupées par exemple.

Les œuvres de Dalpayrat sont faites d’un grès résistant et apparaissent cependant souples et gracieuses. Sa renommée internationale est notamment due à ses grès flammés, couleur « rouge Dalpayrat », teinte/matière à laquelle il a donné son nom.  En contraste avec le rouge monochrome de Chine, il crée une couleur épaisse et profonde qui peut tirer vers le vert moussu, l'ambre ou le gris de plomb, ou encore tout cela à la fois. Ces couleurs sont le résultat de l’oxydation du cuivre qui a subi une cuisson à température et durée maîtrisées. La critique quant à elle les qualifie de « couleurs éclaboussées, d’éclat fulgurant et de mille étincelles éternisées ».

Lors de la vente Céramiques du XXe siècle, qui aura lieu le mercredi 22 février 2017, à l’Espace Tajan, nous disperserons cinq œuvres de Pierere-Adrien Dalpayrat. Parmi les céramiques au catalogue, nous aurons le plaisir de proposer un important vase balustre en grès intitulé Tête d’enfant, en émail vert céladon et réalisé en collaboration avec le sculpteur Jean Coulon. Estimation 4 000/6 000€ > voir le lot 13